Reportages concerts

LP – Charlatan (Gand)

7 Déc , 2016  

Elle ne jouera qu’22h, mais à  19h30, déjà, quelques fans se pressent devant les portes du Charlatan, lesquelles s’ouvriront finalement vers 20h. Direction l’arrière du bar, dans une petite salle de 150 à 200 personnes (grand maximum) où prend place la scène sur laquelle se produira LP dans deux bonnes heures.

Roselien - Charlatan

Roselien – Charlatan

C’est Roselien, seule en scène avec sa guitare, qui assure la première partie avec autant de brio… que de courage. Un public plus que dissipé, voir complètement irrespectueux à la limite de l’outrancier (et je pèse mes mots), qui ne peut s’empêcher de parler, la chanteuse aurait mérité mieux. Blues, soul, jazzy à souhait, souvent en picking, son jeu de guitare accompagne parfaitement sa voix tant sur ses propres compositions (« You say that you’re true« , « You’re not the same anymore« , …) que sur les quelques reprises qui émaillent son set. Une très belle découverte live. Un bémol cependant: le « seul en scène » est définitivement un exercice périlleux, on regrettera que Roselien n’ait pas davantage fait usage de sa loop-station (une pédale conçue pour répéter une série d’accords ou des percussions par exemple) utilisée avec maestria sur sa reprise de Jill Scott (« Whenever you’re around » ). L’artiste, néerlandophone, ne manquera pas de faire une pointe d’humour destinée aux francophones présents dans la salle: »Je dois traduire pour certains ? Oui ? Je vais jouer une reprise maintenant, ‘Between the sheets’, ou ‘beutwin de cheats’ comme vous dites… », difficile de ne pas rire, impossible de la contredire, touché!

22h… LP entre en scène devant un public plus que conquis d’avance. Légère appréhension: la musique et les sessions « live » de l’artiste m’ont totalement bluffé… Quid de la découverte « face à face » sur la scène? « Muddy Waters« , premier titre de sa setlist longue d’une quinzaine de morceaux et ses premières notes ôtent rapidement les moindres doutes: LP maîtrise son sujet de bout en bout et embarque ses fans dans son monde en quelques secondes. Elle présente quelques nouveaux titres (le fabuleux « Death Valley« ) mais joue aussi quelques uns de ses morceaux favoris (« Old Days« ). On n’échappe évidemment pas au single du moment, « Lost On You« , présent deux fois durant le set. Mention pour le très entraînant « Up Against Me » et le splendide « Other People« . Une véritable leçon de technique vocale (mais pas que!) d’un ovni électrisant, croisement improbable et fabuleux entre Florence Welch et Asaf Avidan. Déroutant et puissant.

LP – Charlatan

Impressionnante de bout en bout (mais comment diable arrive-t’elle à choper toutes ces notes avec autant de justesse?), LP n’en reste pas moins excessivement proche de son public; elle signe un autographe sur un smartphone en bord de scène entre la partie principale du concert et les rappels, attrape les bras tendus, fait un détour pour serrer la main de deux personnes à mobilité réduite installées près de la scène… Elle ne manquera pas de blaguer (« Oh yeah, I’m just kidding… ») plusieurs fois, y compris entre quelques soucis techniques: une petite scène, un guitariste avec un pedalboard encombrant, un pied qui traîne… Espérons qu’elle puisse garder cette proximité lorsqu’elle enchaînera les grandes salles. Dans tous les cas, M.I.N.D l’attend de pied ferme, elle a lâché en plein concert qu’elle reviendrait en Belgique dans le courant du mois de mars, inutile de décrire l’enthousiasme du public… et le nôtre!

, , , ,

By



Comments are closed.